Un exemple de conservation et de restauration d'une mosaïque antique

La mosaïque à la Méduse

  La restauration (fin) Patrick Blanc et Marie-Laure Courboulès
photos © CEAlex - tous droits réservés
18
Les toiles de dépose et comblements temporaires dans les lacunes sont enlevés.
19
Nettoyage du tessalatum à l'aide d'une brosse souple avec un mélange eau- éthanol.
20
Le nettoyage est affiné au scalpel, notamment dans les joints.
21
Elimination des concrétions et rinçage par application de compresses d'eau déminéralisée.


Après retournement, le désentoilage de dépose et l'enlèvement des comblements temporaires dans les lacunes se sont faits progressivement au moyen de papier absorbant imbibé de solvant (fig. 1).
Le nettoyage du tessellatum fut réalisé, zone après zone, à la brosse souple avec un mélange eau/éthanol à part égale. Un travail au scalpel a ensuite permis d'affiner ce nettoyage, dans les joints notamment (fig. 19 et 20). Nous avons procédé ensuite à l'élimination des concrétions au moyen de réactifs appliqués sur le tessellatum sous forme de gel. Un rinçage par l'application de plusieurs compresses successives d'eau déminéralisée et de poudre de cellulose a parachevé ce traitement (fig. 21). L'ensemble du tessellatum ainsi nettoyé fut consolidé par l'imprégnation d'un consolidant inorganique.
Nous avons réalisé plusieurs réintégrations dans les petites lacunes du tessellatum à l'aide de tesselles récupérées lors des fouilles du pavement (fig. 22). Ces tesselles sont fixées dans un lit de mortier synthétique (de même composition que ceux du nouveau support). Les joints sont réalisés avec un mortier de chaux composé de chaux hydraulique, de poudre de marbre et de terres naturelles.
La couche d'accrochage pour le mortier des lacunes est constituée de pierre ponce concassée et collée sur le nid d'abeille (fig. 23). La texture du mortier des lacunes obtenue après ponçage de la surface fait apparaître irrégulièrement la pierre ponce sous-jacente ; elle rappelle par sa composition celle du nucleus antique (fig. 24). Le traitement de la lacune située entre le médaillon et le bouclier illustre la technique de mise en place de l'emblema (fig. 25). Pour achever la présentation nouvelle du panneau, les bordures du nid d'abeille sont renforcées par une résine époxy chargée de poudre de marbre et de charbon de bois.

22
Des tesselles récupérées lors des fouilles sont réintégrées dans les petites lacunes,
23
La couche d'accrochage pour le mortier des lacunes est collée sur le nid d'abeille.
24
La texture du mortier des lacunes rappelle celle du nucleus antique
25
Le traitement de la lacune illustre la technique de mise en place de l'emblema
page précédente