Tanagréennes d'Alexandrie

DOMINIQUE KASSAB TEZGÖR

Etudes Alexandrines 13, Institut Français d'Archéologie Orientale, Le Caire, 2007

Les élégantes figurines en terre cuite de femmes drapées furent créées à Athènes à l'époque hellénistique. Le plus souvent appeléesTanagréennes,  car découvertes fortuitement  au XIXe s. dans la nécropole de Tanagra en Béotie, elles furent l'objet d'un réel engouement dans l'ensemble du monde grec. Les ateliers de coroplathes d'Alexandrie, dont la fondation en 331 av. J.-c. correspond au début de cette mode,  adoptèrent ce thème dans toute sa diversité. Leur production illustre les relations étroites de la ville d'Alexandre avec Athènes et la Béotie : des moules étaient envoyés de Grèce, ou des figurines, qui étaient surmoulées ou copiées. Les artisans alexandrins n'en  réalisèrent pas moins une production qui leur était propre : ils créèrent certains types, qui révèlent leur talent artistique, tandis que des traits techniques et stylistiques permettent de distinguer leurs statuettes de celles originaires d'autres centres. Grâce à leur polychromie souvent bien conservée, les Tanagréennes  constituent le fleuron du Musée gréco-romain. Leur présence en grand nombre dans les tombes des nécropoles orientales de la ville qui étaient destinées aux Grecs montre qu'elles étaient étroitement liées aux croyances funéraires et qu'elles devaient participer aux rites de passage dans l'au-delà.

Photographie de couverture :
Tanagras du Musée gréco-romain d'Alexandrie
© A. Leclerc, Archives CEAlex

Si vous êtes entré sur le site par cette page, cliquer ici pour activer les fenêtres de navigation