Les nouvelles du terrain

 

Avril 2016

L’hiver 2015-2016 se termine avec sa moisson de rencontres et de préparation de publications.

Comme chaque année, nous avons accueilli nos collègues, Elisabeth et Mieczyslaw Rodziewicz. Avec Elisabeth et Fatiha Bouzidi a été mise au point la maquette ambitieuse d’un nouveau volume de la collection Antiquités Alexandrines consacré aux objets en ivoire et en os sculpté, artisanat qui était une des spécialités d’Alexandrie depuis la fondation de la cité jusqu’au début de l’époque islamique (fig. 1). Mike, tout en collaborant à ce travail notamment par ses belles illustrations graphiques, s’est aussi consacré à son étude sur la céramique peinte Alexandrine.

Fig. 1 : Partie supérieure d’une poupée en os provenant du Chantier Lux.
Début de l’époque islamique. M. Rodziewicz, © CEAlex/CNRS

lexicon eponym dies 3 Gonca et Kaan Şenol sont venus avec leurs étudiants pour un mois d’étude partagé entre la préparation de publications et l’examen des objets eux-mêmes. Le volume 3 du Lexicon des éponymes rhodiens (fig. 2), est désormais sous presse et le livre consacré aux amphores complètes du Musée gréco-romain a été déposé pour publication. Dans le cadre de la collaboration avec ce Musée, un nouveau lot de timbres amphoriques a été transporté au dépôt archéologique de Shallalat et leur examen a été entamé avec déjà plus de 3 000 enregistrés, décrits et documentés sur les 12 000 déposés. Ils viennent rejoindre les près de 100 000 déjà examinés dont l’étude va permettre d’écrire d’une nouvelle manière l’histoire du commerce du vin et de l’huile en Méditerranée à l’époque hellénistique et romaine, mais aussi de préciser la chronologie des cités grecques, Rhodes, Cnide, Chios qui timbraient leurs amphores, et plus largement de fournir des outils pour la datation des couches archéologiques dans lesquelles ils sont mis au jour sur l’ensemble des fouilles du monde antique.

Cécile Harlaut a mis la dernière main à son étude sur les origines de la céramique alexandrine et à ses articles en collaboration avec John Hayes sur une série d’assemblages homogènes de céramiques bien datées de la haute époque hellénistique (fig. 3). On va ainsi disposer d’informations très nouvelles sur les us et coutumes des premiers habitants d’Alexandrie et de sa région : quelles étaient les céramiques qu’ils avaient apportées avec eux, comment se sont développées les premières tentatives de manufacture de vases « à la grecque », quels ont été les contacts avec les potiers locaux.

Fig. 3 : Cratère de production locale provenant de la fouille du Cricket Ground.
Second quart du IIe siècle av. J.-C. © CEAlex/CNRS

Deux autres équipes se sont également jointes à nous : Laurent Borel et Samuel Dessoutter, accompagnés de Delphine Dixneuf et de Frédéric Bauden ont précisé les phases de construction et d’aménagement de la citerne el-Nabih et établi le plan de publication de ce monument exceptionnel. Sandrine Dubourg et Hélène Silhouette, en association avec Cécile Harlaut, se sont, elles, consacrées à l’étude des riches demeures de la haute époque hellénistique mises au jour lors de la fouille du Cricket Ground, proche du quartier des Palais royaux.

La présence de ces missionnaires a fourni l’occasion de faire le point sur l’avancée du programme ANR CeramEgypt qui combine études céramologiques, analyses physico-chimiques et études pétrographiques menées par l’équipe du laboratoire de caractérisation des matériaux du CEAlex, à la recherche de la définition des caractéristiques des ateliers céramiques antiques (fig. 4).

fig1

Fig. 4 : Macrographie d’un fragment de céramique alluviale soumis à une étude pétrographique.
Assem Bahnassy, © CEAlex/CNRS

Le CEAlex a ouvert au mois de janvier 2016, avec le soutien du Ministère des Affaires étrangères, un nouveau chantier de fouilles sur le site de Kôm Bahig, situé à 45 km à l’Ouest d’Alexandrie (fig. 5).

Fig. 5 : Le site de Bahig, vu depuis le Nord.
J.-Y. Empereur, © CEAlex/CNRS

Les premières prospections sur ce site intact de 17 hectares ont livré un mobilier céramique indiquant une occupation très longue commençant au moins au viie siècle av. J.-C. et se poursuivant jusqu’à la fin de l’Antiquité. Ce grand terrain  mobilise les forces du service topographique du CEAlex depuis la mi-janvier et la fouille elle-même a débuté le 28 février sous la direction de Georges Soukiassian. Cette opération archéologique est combinée à une école de fouilles destinée aux inspecteurs du Ministère des Antiquités et aux étudiants de l’Université d’Alexandrie.

etudes alexandrines 33

Le début du mois de mars a vu la parution d’un numéro des Dossiers d’archéologie consacré à Alexandrie (fig. 6). Depuis 25 ans les fouilles terrestres et sous-marines menées par le ministère des Antiquités égyptiennes et le Centre d’Études Alexandrines ont permis d’enrichir notre connaissance de la cité antique, de manière parfois ponctuelle pour le cadre urbain en raison de la nature même des fouilles de sauvetage, mais beaucoup plus détaillée pour l’édifice du Phare, les principaux sanctuaires, l’habitat, ou encore l’approvisionnement en eau et les nécropoles. Des découvertes exceptionnelles, telles les statues colossales des Ptolémées au pied du fort Qaitbay, les riches pavements mosaïqués qui rivalisent de couleurs tout au long de l’Antiquité, ou encore les statuettes de chatte ou d’enfant mis au jour dans les dépôts votifs du Boubasteion viennent fournir de nouveaux matériaux pour écrire l’histoire de cette capitale méditerranéenne, nouveaux matériaux qu’offrent également les recherches sur la production et le commerce des céramiques ou des amphores ou sur la monnaie ptolémaïque.

Fig. 6 : Couverture du Dossier d’archéologie 374, Mars/Avril 2016

Cette histoire se prolonge à la fois spatialement avec l’exploration de la campagne alexandrine (grâce au programme ANR Géomar) et chronologiquement avec l’intérêt porté à l’Alexandrie médiévale et ottomane. Ce sont tous ces aspects qui sont évoqués dans ce numéro des Dossiers d’Archéologie dont voici le sommaire :

M.-D. Nenna, Alexandrie, Des siècles d’histoire urbaine

M.-D. Nenna, Deux siècles d’archéologie à Alexandrie

I. Hairy, L’eau dans la ville

I. Hairy, Le phare, lumière d’un empire sur le monde

M. Abdel Aziz, M. el-Sayed, I. Hairy, Ph. Soubias, Le Phare, un site immergé
S. Dubourg, L’architecture des riches demeures d’Alexandrie

H. Silhouette, Les maisons hellénistiques du Cricket Ground

P. Rifa Abou el Nil, Les maisons romaines du théâtre Diana

M. Abd el-Maksoud, A. Abd el-Fattah, M. Seif el-Din, Le Boubasteion, un lieu de culte populaire

M.-C. Bruwier, Sur les traces de l’Éleusis d’Alexandrie
J.-Y. Empereur, Un temple pour César, le Césareum

M.-D. Nenna, La ville et ses défunts, les nécropoles d’Alexandrie

A.-M. Guimier-Sorbets, A. Pelle, M. Seif el-Din, Renaître avec Osiris et Perséphone

O. Picard, Th. Faucher, Un nouveau système de compte, les monnaies lagides

P. Ballet, La céramique, productions locales et importations

V. Pichot, La campagne alexandrine

K. Machinek, Alexandrie médiévale, une grande ville du Proche-Orient

M. Abd el-Maguid, Les découvertes récentes du service des Antiquités

M. Rezq, Une nouvelle mosaïque à décor mythologique

Marie-Dominique Nenna
Directeur de recherche CNRS
Directrice du CEAlex


précédentes lettres du terrain
juin 2001
décembre 2001
mai 2002
décembre 2002
février 2004
décembre 2005
juillet 2006
janvier 2007
février 2008 décembre 2008 décembre 2009 mars 2011
août 2011 janvier 2012 septembre 2012 mai 2013 août 2014 juin 2015
octobre 2015