LA FOUILLE DE L'ÎLE DE MAREA - technique de fouille "en damier"

UN ATELIER DE FORGE
TECHNIQUE DE FOUILLE "EN DAMIER"

 
Véronique Merle
Mise à jour : Valérie Pichot

Lors de la phase de nettoyage du secteur 3, l'espace 10 a révélé la présence de quelques battitures* et scories**, déchets qui sont associés aux ateliers de forges.
En général, les vestiges conservés liés à ce genre d'activité artisanale sont très ténus et relativement difficiles à mettre en évidence, par le fait même de la succession rapide des différentes activités, de niveau d'occupation.
Dans ce genre de cas, la mise en place d'une fouille du type "en damier" permet de minimiser les pertes d'informations : observations stratigraphiques sur de petites surfaces et observations spatiales de l'atelier dans son intégralité.

Secteur 3, espace 10 en cours de fouille,
photo V. Merle © CEAlex, DR

L'espace 10 d'environ 2,50 m sur 4 m a donc été décomposé en carrés de 20 cm de côté. Sur la moitié ouest de cet espace, un carré sur deux a d'abord été fouillé jusqu'au premier niveau de sol, afin de dégager une micro-stratigraphie témoin. L'intégralité de chaque couche a été prélevée, mise en sacs et numérotée en vue du tamisage. La fouille de chaque carré a fait l'objet d'une description minutieuse du sédiment, des vestiges,...
La présence potentielle dans une zone de forge de battitures, de petites scories, de petits fragments de fer implique le recours à un aimant afin de vérifier la présence de ces déchets et surtout leurs éventuelles concentrations. Les battitures repérées ont été prélevées avec soin en vue de leur étude macro et micrographique.

Une fois le premier niveau de sol atteint et toutes les observations effectuées (descriptions, photographies, dessins, prises de cotes...), les carrés réservés ont été fouillés de façon similaire.


Secteur 3, microstratigraphies. Photos V. Pichot, © CEAlex

La fouille en damier facilite l'observation de micro-stratigraphies qui permet de détecter la présence d'éventuels niveaux très fins d'activités successifs très rapprochés dans le temps.
Comme toutes les techniques de fouille fine, elle permet aussi une étude spatiale de l'atelier et des vestiges présents. Chaque élément est coté, dessiné, replacé précisément sur les relevés afin d'esquisser une vision globale de l'atelier : nature et positionnement dans l'espace des différentes activités. Ceci associé au tamisage des prélèvements de chaque couche de chaque carré, on obtiendra donc une vision spatiale précise et relativement juste des vestiges de l'atelier (emplacement et concentration de scories, de battitures et autres micro-déchets...).
Tous ces éléments conjugués permettent de récolter un maximum d'informations sur l'atelier, sur la nature et la durée de son occupation.

 

* Les battitures sont des parcelles métalliques oxydées qui jaillissent incandescentes lors du martelage. Elles se présentent sous forme de paillettes ou de billes de taille millimétrique.
** Scorie est un terme générique correspondant ici aux déchets silicatés produits au cours d'une opération métallurgique.


Si vous êtes entré sur ce site par cette page, cliquer ici pour activer les fenêtres de navigation