La fouille de la Citadelle de Qaitbay
Kathrin Machinek, architecte archéologue
En février 2001, le CEAlex a eu l'opportunité exceptionnelle d'ouvrir un chantier de fouilles à la citadelle de Qaitbay, un château fort mamelouk édifié sur l'emplacement du fameux Phare d'Alexandrie, qui s'était effondré au 14e siècle. L'objectif principal de nos recherches est d'établir une chronologie détaillée de l'histoire mouvementée de cette forteresse.
Un peu d'histoire
La citadelle est un exemple important de l'architecture militaire de l'époque mamelouke en Égypte. Elle a été construite au 15e s. sous les ordres du sultan Ashraf Qaitbay, un des derniers souverains mamelouks de l'Egypte, dans le but de protéger la ville contre la menace de l'Empire Ottoman. Ibn Iyas, un chroniqueur de cette époque, nous raconte que le sultan aurait visité le lieu en juin 1477 :
« Il voulut voir l'emplacement de l'ancien Phare antique et ordonna de construire une tour sur les vieilles fondations, et c'est là qu'on bâtit le puissant Donjon qui existe encore».
Ce nouveau donjon a été achevé après une période de construction de deux ans -en même temps que le fortin de Rosette, dont le Sultan avait également ordonné la construction. Une cinquantaine d'années plus tard, la citadelle a déjà fait l'objet d'importantes transformations : une deuxième enceinte a été élevée tout autour de la première pour fortifier le lieu davantage.
Espace entre les deux enceintes
© CEAlex - Droits réservés

Le site se trouve dans le quartier d'Anfoushi, sur la pointe d'une langue de terre qui marque l'entrée du Port est en face de la ville. Dans l'Antiquité, ce lieu était une île, reliée à la terre ferme par une digue. C'est l'ancienne île de « Pharos », qu' Homère décrit dans l'Odyssée : «Il est, en cette mer des houles, un îlot qu'on appelle Pharos : par-devant l'Égyptos, il est à la distance que franchit en un jour l'un de nos vaisseaux creux, quand il lui souffle en poupe une brise très fraîche.»


Jusqu'en 1984 la citadelle était occupée par l'armée égyptienne et par conséquent inaccessible, actuellement c'est un site touristique très fréquenté.

page suivante (la fouille)