Le réaménagement du musée sous-marin en plein air du Théâtre romain d'Alexandrie

Jean-Yves Empereur
dernière mise à jour, novembre 2005

Au cours de l’automne 2005, le Conseil Suprême des Antiquités (CSA) a demandé la collaboration du Centre d’Études Alexandrines pour le réaménagement du musée sous-marin en plein air au Théâtre romain d’Alexandrie. Rappelons que quelque 36 pièces antiques –des sphinx, des obélisques, des colonnes papyriformes et des fragments de statues colossales- avaient été sorties des eaux de la Méditerranée par la notre équipe du CNRS dès 1995 et que le CSA avait décidé de les présenter au public à l’occasion de la visite du Président Jacques Chirac à Alexandrie en octobre 1996. Neuf ans ont passé et la présentation du site nécessitait un sérieux rafraîchissement, d’autant que la fermeture inopinée du Musée gréco-romain draine des touristes chaque jour plus nombreux vers les jardins du Théâtre romain.

À cette occasion, le Dr. Mohamed Abdel-Maksoud, Directeur des fouilles en Egypte, a décidé de remonter un obélisque de Séti Ier, les trois fragments du fût ont été replacés sur sa base. L’Ingénieur Wieslaw Kuczewski et l’Inspecteur Hamed Sayed Moussa ont procédé à ce montage qui reste provisoire, car il manque un quatrième fragment, en bas du fût, d’environ 1 m de hauteur. Nous ne désespérons pas de le retrouver un jour prochain sous l’eau et le remettre à sa place.

Le Dr. Mohamed Abdel-Maksoud et l’Ingénieur Wieslaw Kuczewski ajustant la mise en place du quatrième fragment de l’obélisque de Séti 1er.
photo © CEAlex, tous droits réservés
Sur la base de l’obélisque, on peut admirer l’image en relief creux du père de Ramsès II consacrant une offrande aux divinités du sanctuaire d’Héliopolis. À noter qu’un obélisque jumeau se trouve encore dans les eaux de la Méditerranée, sur le site sous-marin du Phare. On se réjouira du retour d’un obélisque sous le ciel d’Alexandrie, 126 ans après le départ de la seconde Aiguille de Cléopâtre. Rappelons que ces deux obélisques de Touthmôsis III avaient été amenés d’Héliopolis à Alexandrie par Auguste en 13 avant J.-C., pour être érigés devant le Césaréum. Cadeaux de Mohamed Ali, ils étaient partis l’un pour Londres en 1877 et l’autre pour New York en 1879.
Musée sous-marin en plein air au Théâtre romain d’Alexandrie : vue vers le sud avec, de gauche à droite, la série des fragments de statues colossales et des sphinx. Photo © CEAlex, tous droits réservés
Selon une scénographie d’Isabelle Hairy, architecte-archéologue du CEAlex et responsable des fouilles sous-marines du Phare, les fragments des statues colossales sont rassemblés à l’entrée du site, suivis par les éléments d’architecture et d’épigraphie, puis les sphinx et enfin les obélisques. Près de l’obélisque remonté se dégage le magnifique sphinx de calcite de Psammétique II. Toutes les pièces sont placées sur d’élégantes bases recouvertes de briques, avec des tabelles d’explications pour chaque pièce, complétant les explications générales et les plans figurant sur un grand panneau à l’entrée du site.
Vue vers le nord, avec l'obélisque remonté de Séti 1er et le sphinx de Psammétique 2.
photo © CEAlex, tous droits réservés

Cette érection de l’obélisque de Séti Ier dans les jardins du Théâtre romain préfigure une opération d’une autre envergure : on attend maintenant le remontage de la Porte du Phare, d’après les reconstitutions réalisées par Isabelle Hairy, architecte-archéologue du Centre d’Études Alexandrines. Nul doute que cette Porte du Phare constituera un symbole fort de l’Alexandrie nouvelle, tout comme l’est devenue depuis quelques années la Bibliotheca Alexandrina.


si vous êtes entré sur le site par cette page, cliquer ici pour activer la fenêtre de navigation