LE CENTRE D'ÉTUDES ALEXANDRINES (CEAlex) .
Laboratoire de caractérisation des matériaux

Le laboratoire de caractérisation des matériaux "Michel Wuttmann"

 
labo
Laboratoire de caractérisation des matériaux, salle 1 - Préparation des échantillons

Les fouilles menées par le Centre d'Études Alexandrines mettent au jour un mobilier abondant et varié : de la poterie, des monnaies, des objets en métal et en pierre, du verre, etc. Nous avons établi et publié des catalogues, fondés sur des critères observés à l'œil nu, déterminant des typologies. Par exemple, pour la céramique, les inclusions, la nature calcaire ou alluviale des pâtes nous donnent des indications d'origine. Le recours aux analyses de laboratoire augmente considérablement le degré de précision de ces identifications.

Le CEAlex s'est équipé d'un tel laboratoire de caractérisation des matériaux. Placé sous le contrôle de Valérie Pichot, archéologue-archéométallurgiste, il se compose de deux volets de mesures :

  1. les analyses chimiques, grâce à un analyseur multi-paramètres et à un appareil XRF portable Niton qui donne la composition de 19 éléments chimiques de l'objet – en approchant de l'objet, mais sans le toucher – et regroupe par statistique des groupes d'objets de composition voisine ;
  2. les analyses optiques par microscope de précision et les macrophotographies permettent de décrire les pâtes avec grande précision et de constituer des bibliothèques de lames-minces, afin de comparer les argiles entre elles.

Cette application aux céramiques peut être étendue à la caractérisation des métaux, des pigments et des objets inorganiques en général, de la pierre, etc. Avec Mai Abdel Gawad, Ingénieure-Chimiste et Assem Bakr Benhassy, Géologue-Pétrographe, tous deux diplômés de la Faculté des Sciences de l'Université d'Alexandrie, ce laboratoire du CNRS rend des services considérables à la communauté des archéologues dans l'étude des objets qu'ils découvrent à Alexandrie. Il est aussi un lieu d'échange pour les missions archéologiques oeuvrant à Alexandrie et en Égypte et un centre de formation pour les jeunes archéomètres.

Le laboratoire porte le nom de « Michel Wuttmann », pionnier dans l'archéométrie en Égypte, prématurément disparu (1955-2013).

Jean-Yves Empereur

Les locaux et l'équipe

Le laboratoire est installé au 8e étage du siège du CEAlex dans des locaux qui ont été aménagés en janvier 2013. Il se compose de deux salles climatisées pour un total de 42,73 m2 : 21,95 m2 pour la salle 1 à l'ouest, 20,78 m2 pour la salle 2 à l'est.

La première salle est dévolue au traitement des échantillons : tamisage, séchage, mise en résine, découpe, polissage. La seconde salle est dédiée à l'étude des échantillons, à leur gestion et à la gestion des informations.

L'équipe du laboratoire intervient aussi à l'entrepôt archéologique de Shallalat sur du matériel qui ne peut pas faire l'objet de prélèvement et/ou qui ne pas être déplacé. Elle peut être amenée à intervenir directement sur les chantiers.

Placée sous la direction de Valérie Pichot, archéologue-archéométallurgiste, l'équipe se compose d'une ingénieur chimiste, Mai Mohamed Rabie Ali AbdelGawad, et d'un pétrographe, Assem Bakr Sedeek Bahnasy Ali, qui suivent régulièrement des formations à l'étranger dans leur domaine, lié à l'archéologie (techniques, interprétations, etc.).

Mai Abdel Gawad et Assem Bahnasy au travail dans la salle 2, dédiée à l'étude des échantillons

Vocation et domaines d'applications

Le laboratoire de caractérisation des matériaux du CEAlex a pour vocation l'analyse d'échantillons de matériaux divers pour en identifier les constituants, reconstituer les chaînes opératoires et les techniques de fabrication et déterminer dans la mesure du possible les origines des matériaux.

Les domaines d'applications sont vastes et multiples, et souvent complémentaires. Cela est dû à la diversité des matériaux qui peuvent être soumis à analyse et étude – métal, verre, terre cuite, enduits, stuc, peinture, pigment, roche, etc. –, mais aussi à la diversité des questionnements et des angles par lesquels aborder les sujets. On peut en effet s’interroger sur les origines géographiques des matières premières et la circulation des produits, mais aussi sur les " recettes " antiques et les connaissances techniques des Anciens, ou encore sur l’évolution des matériaux suite à leur enfouissement rejoignant ici le domaine de la conservation et de la restauration.

Le Laboratoire  :

  • participe à la création et au développement de protocoles d'études adaptés aux matériaux, à l'équipement et aux questionnements des spécialistes
  • crée des outils : collections de référence d'échantillons macroscopiques et de lames-minces concernant divers matériaux (roches et minéraux, minerais, céramiques, pigments naturels etc.) qui pourront être mises à la disposition de la communauté scientifique
  • aide à la recherche : traitement d'échantillons et analyses et/ou mise à disposition de matériel de traitement et d'observation d'échantillons
  • mets en place des collaborations avec d'autres laboratoires ou des Universités dans le cadre de projet de recherche sur les archéomatériaux

Le laboratoire dispose actuellement de l'équipement pour traiter les échantillons, et effectuer des analyses et des études sur les matériaux inorganiques : analyses physiques et chimiques, observations macroscopiques et microscopiques (sur échantillons macroscopiques et sur lames-minces).

Ci-dessus et ci-contre : Observation macroscopique au stéréomicroscope SZX-7

Texte Valérie Pichot, clichés A. Pelle et V. Pichot, @ CEAlex

Si vous êtes entré sur ce site par cette page, cliquer ici pour activer les fenêtres de navigation