ARCHEOLOGUES ET GEOPHYSICIENS

L'Heptastade

Une importante équipe de géophysiciens du CNRS et de l’Université de Paris VI a commencé en 1996 l’étude du tracé de la chaussée-pont qui reliait l'île de Pharos au continent. Elle se trouve maintenant sous plusieurs mètres d’atterrissements sur lesquels les Ottomans ont construit leur ville à partir de 1517.

Cliché Albert Hesse
© CEAlex

En travaillant seulement à la surface des rues modernes, avec des analyses des anomalies par des séries de mesures électriques, magnétiques, électromagnétiques, sismiques et radar, les spécialistes ont pu retrouver le tracé de l’Heptastade et corriger celui qui était traditionnellement accepté, montrant qu’il s’intégrait dans le réseau viaire de la ville antique. Les premiers résultats sont publiés dans le volume des Etudes Alexandrines 1 et une étude complète est actuellement sous presse. Le développement attendu serait une série de sondages de validation des mesures dans des terrains publics sur le tracé de la chaussée-pont au cours des années à venir.